K’MER PLACE : Une Centrale numérique pour sortir les artistes travailleur de la misère.

0
90

K’MER PLACE : Une Centrale numérique pour sortir les artistes travailleur de la misère.

           Les responsables de K’MER PLACE ont donné une conférence de presse le 20 février 2018 dans l’après-midi à l’hôtel DJEUGA PALACE de Yaoundé, à l’occasion du lancement officiel de leur plate-forme numérique.

Quelques jours seulement après leur sortie récente à l’Institut Français de Yaoundé, les responsables de K’MER PLACE ont donné une conférence de presse à l’hôtel DJEUGA PALACE de Yaoundé, dans le but de présenter au grand public venu nombreux, les multiples avantages qu’offre leur centrale numérique. Il y avait plusieurs intervenants sur le panel, plusieurs journalistes dont une qu’on retrouve pratiquement sur tous les plateaux de télévision et de radios : Ariane Odile Pahai Langa.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit ici du lancement officiel d’une initiative de Christian Nana, une plate-forme qui est en réalité une centrale numérique dont le but est de sortir les artistes camerounais de l’amateurisme et de la misère ambiante ; c’est un moyen de profiter des multiples avantages qu’offrent les Tics. En effet, c’est une centrale dans laquelle l’inscription ne coûte que 1000FCFA. Cette inscription est définitive. Cependant, et parce qu’il faudra entretenir les webmasters, renouveler les noms de domaine et payer le personnel chargé de la création de la page de l’Artiste de la mise à jour de celle-ci, les Artistes devrontdébourser la somme de  10 000FCFA par an. Ce qui serait insignifiant au regard des opportunités qu’offre cette centrale numérique. Tenez ! Un dossier de presse sera disponible en permanence sur la page de l’Artiste, son calendrier de prestation ou d’activité, et éventuellement des sessions de formation dont il pourra bénéficier. Aussi importe-t-il de signaler que dans cette centrale numérique, tous les corps des métiers relevant de l’Art s’y trouvent. Il ne sera plus question pour un promoteur de cabaret par exemple, de faire les pieds et les mains pour entrer en contact avec un artiste qu’il souhaite inviter pour une prestation. De même pour les opérateurs économiques faisant dans l’événementiel.

Il y a lieu de saluer ces jeunes camerounais de K’MER PLACE qui s’empressent toujours à dire qu’ils cherchent plutôt à créer une passerelle avec le ministère des Arts et de la Culture. Un peu comme s’ils ont peur de dire qu’ils veulent mettre un terme à la misère ambiante des Artistes, créées par les fonctionnaires du Ministère en charge de la Culture et de tous ces pseudo-Experts qu’ils ont sollicités jusqu’à présent et qui n’ont fait qu’exacerber la haine entre les artistes pour mieux les spolier.

Vanisa Laure Ngnamsi Beyegue

Print Friendly, PDF & Email